13 février, à Georges-Brassens

13021INVITGARRIGUES130214INVITGARRIGUES2130214INVITATION OFFICIELLE

Diaporama à l'appui, Michel présente l'association.
Diaporama à l’appui, Michel présente l’association.
Adam, quant à lui, aborde la première chronique scientifique en garrigue, prévue le 22 avril.
Adam, quant à lui, aborde la première chronique scientifique en garrigue, prévue le 22 avril.

130214JB2

PRESENTATION D’UNE CHRONIQUE SCIENTIFIQUE EN GARRIGUE,

par Adam Ali

« Nous savons tous que nous vivons dans un quartier où la situation est loin d’être facile voire très difficile pour bon nombre de nos concitoyens.

Nous savons tous que l’espoir est un mot malheureusement banni par des jeunes et leurs parents qui habitent notre quartier.

Mais nous savons tous aussi que notre quartier est victime de clichés indélébiles.

Même si on peut penser que la situation que j’évoquais auparavant  n’est pas due entièrement à ce phénomène, nous sommes un certain nombre à penser que nous pouvons tenter d’inverser l’image qu’ont les autres habitants de Montpellier de notre quartier.

Cassez les stéréotypes qui sont accolés aux quartiers populaires. C’est ambitieux mais nous avons la modeste ambition d’apporter notre pierre à l’édifice du mieux vivre ensemble.

 Alors, avec quelques-uns, fort de nos expériences personnelles nous avons décidé d’apporter toute notre énergie à ceux qui travaillent à ce que La Paillade ne soit plus montrée du doigt.

 J’habite les Hauts de Massane depuis une dizaine d’années, j’ai épousé Samira, qui a vécu toute son enfance sur les Hauts de Massane et nous avons deux enfants qui sont scolarisés à Marc Bloch et Copernic.

 Je vais me permettre aussi de vous parler de mon vécu. Je suis né à La Réunion, dans un quartier qui ferait passer les Hauts de Massane pour Beverly Hills, et où le seul moteur de la jeunesse était synonyme de petits trafics et délinquance. Mes parents ne savaient ni lire ni écrire et lorsque j’étais au collège, alors que j’étais destiné à suivre la filière mauvais garçon, j’ai fait une rencontre qui a guidé ma vie. Un professeur de SVT m’a ouvert les yeux, m’a fait comprendre que rien n’était insurmontable pour peu qu’on veuille bien s’en donner la peine et qu’on décide de ne plus regarder du mauvais côté du trottoir. J’ai passé mon bac au Port en 1995  et j’ai intégré la faculté des sciences de Montpellier en 1997. Aujourd’hui à  37 ans, je suis maître de conférences dans cette même université. Alors lorsqu’Obama a lancé son fameux « Yes we can » je me suis dit que oui tout est possible. Et excusez-moi encore d’utiliser une citation attribuée à Jaurès par les uns et à Churchill par les autres « Là où il y a une volonté, il y a un chemin ».

 Nous avons donc imaginé qu’avec le terrain de jeu naturel qui nous était offert, le lac des garrigues, ce magnifique parc qui descend jusqu’au stade de La Mosson, longeant la même Mosson ; qu’avec les établissements scolaires qui font, nous ne le soulignerons jamais assez, un travail remarquable, nous avions là de quoi encourager les jeunes à réfléchir à la science sous toutes ses formes.

 Vous l’ignorez peut être mais de nombreux étudiants, enseignants universitaires viennent chaque semaine observer ce terrain, soit pour la géologie soit pour toutes les espèces de la faune et de la flore qui le peuplent.

 Imaginer c’est bien, mais mettre tout ça noir sur blanc c’est autre chose. Et là les étudiants de master de l’UM2, Doryane, Fanny, Louise et Benjamin  nous ont écouté, ont visité le quartier, sont venus au contact des enseignants et ont écrit ce mémoire tout simplement génial qui va nous servir de feuille de route pour le 22 avril.

 Pourquoi le 22 avril, tout d’abord c’est parce que tous les étudiants qui participent à l’élaboration du projet sont convoqués pour leurs partiels la semaine d’après.

 Le 22 avril sera précédé comme vous l’avez compris de multiples interventions d’Universlacité dans les deux établissements concernés. Tout ce qui sera évoqué ce jour-là est intégré dans le programme scolaire des CM2 et des 5e et sera renforcé avec l’accord des enseignants par les interventions dont je viens de vous parler

 Sans rentrer dans trop de détails, car vous pourrez visiter notre site ecosciencesmosson.wordpress.com et vous obtiendrez toutes les informations désirées, la journée comportera deux parties.

Une partie connaissance de mon corps. Autour du lac des Garrigues avec un atelier sports axé sur les mécanismes de la respirations, de la transpiration et de l’effort physique d’une manière générale. Dans notre groupe nous avons un expert en la matière, Fufu, qui pilotera avec les profs d’EPS cette activité.

Nous aborderons dans cet atelier toute la problématique autour de l’alimentation visant au bon fonctionnement de notre corps avant le temps du repas que nous prendrons tous en commun dans les environs du Palais des Sports Pierre de Coubertin

 Une partie nature bien entendu, avec la mise en pratique sous forme de quizz au sujet des matières évoquées en classes les semaines précédentes. L’objectif ici est la découverte de la biodiversité de notre cher lac des Garrigues et de ses particularités géologiques. Ces animations scientifiques et ludiques permettront bien entendu de mettre l’accent sur le joyau en termes de biodiversité que nous côtoyons au quotidien.

 Cette journée ne sera surtout pas placée sous le signe de la compétition, mais de l’apprentissage des sciences en milieu naturel in vivo.

 Chaque élève repartira avec une « trousse souvenir » comportant des échantillons ou essences diverses de plantes etc. Ces trousses seront d’ailleurs confectionnées par des bénévoles à qui nous fournirons bien sûr le matériel. Je crois savoir que la Maison pour tous possède des machines à coudre. Mesdames, messieurs, si vous souhaitez nous aider n’hésitez pas

 Nous comptons bien sûr sur l’aide de tous ceux qui voudront bien nous donner un coup de main ce jour-là et nous espérons clôturer cette journée par un moment d’échange réunissant tous les participants et les familles.

 Bien entendu et en toute modestie, nous souhaitons que les échos de cette manifestation résonnent bien au-delà des Hauts de Massane. Nous nous appuierons sur tous les relais possible pour faire le bruit nécessaire comme on dit maintenant afin que le plus grand nombre sache qu’on peut parler de sciences à La Paillade sans être pris pour un fou.

 Comme le disait Michel nous pratiquons la politique des petits pas aussi je me permettrais de paraphraser la phrase d’Amstrong : « Un petit pas pour les Garrigues, un grand pas pour La Mosson » »

Eva Beccaria, Mustapha Madjoul, Anne-Yvonne Le Dain très attentifs aux explications d'Adsam.
Eva Beccaria, adjointe au quartier Mosson, Mustapha Madjoul, d’EELV, Anne-Yvonne Le Dain, députée de la 2e circonscription,Brice Lauriot, directeur de la Maison pour tous Georges-Brassens, très attentifs aux explications d’Adam.
Jean-Baptiste Frontzac et Philippe Cheron étaient présents.
Jean-Baptiste Frontzac, attaché parlementaire de Mme Le Dain et Philippe Cheron, attaché parlementaire de Patrick Vignal  étaient là.
Mustapha Laoukira et Thierry Noell aussi.
Mustapha Laoukiri, un des fondateurs du projet REVE et Thierry Noell, d’Universlacité étaient présents aussi.
Brahim Abbou, Anthony Cuenca, Matthieu Theet, René Ribes et Max Blaud sont présents aussi.
Brahim Abbou conseiller spécial du président de l’Agglomération de Montpellier, Anthony Cuenca, de la DAT, Matthieu Theet, du cabinet de Madame le maire, René Ribes, président du Comité de quartier des Hauts de Massane et Max Blaud, président de l’association des habitants de la rue Pierre-d’Auvergne n’ont pas manqué le rendez-vous.
Daniel Berthon, des membres du comité de quartier, des étudiants, Jean-Marc Cazilhac, le principal du collège des Garrigues, son adjoint, Mélodie Dubois, professeur de SVT, Luc Léonardi, directeur de Galilée, Cécile Finucci, Printemps N'Guyen étaient aussi au rendez-vous. Paul Roiron ainsi que Samira et son papa avaient fait le déplacement.
Danièle Berthon, pilier du CDQ des Hauts de Massane, des membres du comité de quartier, des étudiants, Jean-Marc Cazilhac, le principal du collège des Garrigues, son adjoint, Mélodie Dubois, professeur de SVT, Luc Léonardi, directeur de Galilée, Cécile Finucci, Printemps N’Guyen, enseignantes à Galilée,  étaient aussi au rendez-vous. Paul Roiron, professeur de l’UM2 à la retraite ainsi que Samira Ali et son papa avaient fait le déplacement.
Jean-Pierre Moure, qui nous a mis le pied à l'étrier après une balade de deux heures au mois de juillet, a tenu à être présent pour soutenir l'association.
Jean-Pierre Moure, qui nous a mis le pied à l’étrier après une balade de deux heures au mois de juillet, a tenu à être présent pour soutenir l’association.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s